Régler le son.

Cette histoire est vraie, elle m'a été transmise par un internaute,  pour être affichée sur le site.

Péripétie d'un usager des banques.

Après avoir franchi les plus librement du monde une porte grande ouverte, vous vous retrouvez maintenant dans un vaste hall aux murs flanqués d'écrans trônant au dessus de claviers où sous certains de ceux-ci sourient "des boîtes à fric".
Dans un coin, pas trop exposé, un guichet aussi minuscule que l'employé qui s'y cache semble destiné à des clients qui n'ont décidément rien compris au progrès.

Vous avez des liquidités à déposer sur votre compte ?
Ne comptez sur votre banque mais sachez plutôt compter.
En effet plus de préposés pour vous souhaiter la bienvenue, pour compter votre argent avant de vous remettre un reçu.
Les banques ont réinventé  pour nous le système D : avec un "D" comme "Démerdez-vous seul".
Bientôt, signe de l’avancée technologique et de l’amélioration des communications, apparaîtront les androgynes au sourire moulé rehaussé de vernis acrylique.
Il y a quelques temps la banque faisant travailler votre argent.
Maintenant elle vous fait travailler et prend votre argent.

Vous voulez un renseignement, un conseil ? 

Qu'a cela ne tienne. Une demi-heure de queue devant l'unique guichet et votre vœux est exaucé.

Dans quelque temps un automate doué de reconnaissance vocale analysera vos doléances et sera capable de vous répondre dans la semaine qui suit, par fax ou e-mail

Ca s'est la progrès !

 

Vous avez une grosse somme en liquide à retirer ?

Aucun souci :  une autre petite demi-heure de queue devant l'unique guichet et vous voilà muni de plusieurs cartes magnétiques.

"Merci" dis-je "mais qu'en fais-je ?"

"Introduisez les cartes dans les automates là-bas et ils vous donneront votre argent" dit la dame du mini-comptoir.

Serai-je un mauvais client ou n'ai-je point de chance ? toujours est-il que les 2 automates préposés à la distribution des billets font grève.

Que faire ? « Help ! »

Benêt que vous êtes..... N’avez-vous pas vu l’automate à l’extérieur ? Oui ! là où font la queue une quinzaine de personnes.

Moi qui avais tout mon temps ça tombait bien. J'ai pu, avec une joie non dissimulée, m'adonner à ma distraction favorite : faire la queue sous la pluie et le vent en compagnie de clients tout aussi satisfaits que moi.

 

Voilà ce qu’on appelle s’occuper de la clientèle !

 

Page précédente

 

Page suivante